Présentation

Un temple dédié aux plaisirs culinaires.

Baptisée Ziryab, l’une des plus grandes tables de la haute gastronomie marocaine n’a rien d’anodin. L’intention était pure, aussi pur et passionné que l’amour de la vie et de la beauté des choses qu’avait ce jeune persan du premier millénaire finissant.

C’est en véritable précurseur que Ziryab, grand musicien et gastronome, passé maître dans la composition des mets, et novateur dans l’ordonnancement de ceux-ci, allait, à sa manière, révolutionner l’art de vivre et de se nourrir.

C’est au cœur de la médina que le restaurant le Ziryab veut aujourd’hui faire renaître ce goût ultime pour un raffinement culinaire d’exception. Rendre ses lettres de noblesse à un certain art de vivre et de recevoir, emprunt d’émotions authentiques. Faire partager sa maîtrise d’une traditionnelle simplicité à la recherche d’une innovante modernité.

Ce n’est donc pas un hasard si le ziryab a élu domicile face aux Oudayas, dans cette rue des consuls, carrefour stratégique et séculaire. Mythe du lieu et de l’instant, cet entrelacs de ruelles et de venelles distille au passant cette alchimie urbaine unique faisant côtoyer les chancelleries et leur cortège confidentiel, avec le tumulte commerçant d’un quartier rendu célèbre par le savoir-faire et les trésors de ses artisans.

Parce que la haute gastronomie marocaine peut ici se passer de superlatifs clinquants, le chef saura lui rendre hommage en la parant de ses plus beaux attributs. C’est une pièce à plusieurs actes à laquelle nous convie l’un des plus anciens Ryads de la médina dont trois années de rénovations minutieuse auront conservé et magnifié le charme de l’authenticité. C’est sur cette scène mêlée de vie et d’émotions pures que, dans un cadre feutré et ouvert à la fois, au son du luth et autres instruments, l’on comprendra mieux pourquoi les hommes n’auront jamais fini de rêver.

Parfums et épices, herbes et saveurs subtiles, opulence et harmonie, dégustation et sensualité, marocanité et exotisme, culture des sens et raffinements d’esthètes, à l’image de Ziryab l’ancien, le Ziryab d’aujourd’hui se veut l’ambassadeur de l’excellence, l’humble serviteur de l’originalité maîtrisée.